Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Varane : un diamant trop poli, pas assez brut ?

À seulement 23 ans, il compte déjà 33 sélections en équipe de France avant le match face à la Suède de vendredi prochain (11 novembre 2016). Raphaël Varane, défenseur central du Real Madrid depuis la saison 2011/2012, est un phénomène de précocité. Mais si l’élégance et la sobriété de son jeu sont unanimement saluées, son manque d’agressivité, voire de vice, est souvent décrié. 

"Le but de Pellè ? J'aurais pu gagner cinq centimètres". C’est ce qu’a reconnu Raphaël Varane après France-Italie (3-1, 1er septembre 2016) alors qu’il était interrogé au sujet du but italien, inscrit par le joueur qu’il devait marquer, Graziano Pellè. Le défenseur français de 23 ans est mis sur le gril dès qu’il laisse un peu trop de latitude à son adversaire direct pour se retourner, pour frapper. C’est le lot de tous les arrières centraux. C’est le sien, particulièrement.

Depuis qu’il a perdu l’un des duels aériens les plus importants de sa jeune carrière, face à Mats Hummels en quart de finale de la Coupe du monde 2014 (1-0 pour l’Allemagne, but d’Hummels sur cette action), toutes ses performances sont analysées par le prisme de son supposé manque de puissance, de dureté à l’impact. Alors, faux procès ou critique justifiée ?

« Je n’ai pas souvenir d’avoir sciemment découpé un adversaire »

Face à la question récurrente de son déficit d’agressivité, la position de Varane est fluctuante. Cet aspect de son jeu, c’est un défaut qu’il avoue à demi-mot. En 2015, il déclarait à L’équipe Type : « ce débat n’a pas lieu d’être », mais reconnaissait dans le même entretien que Carlo Ancelotti (son entraîneur au Real entre 2013 et 2015) lui avait « demandé de jouer un peu plus avec (ses) bras, (son) corps ».

Quelques mois plus tard, dans les colonnes de L’équipe, Varane est allé plus loin dans l’analyse : « Je n’ai pas souvenir d’avoir sciemment découpé un adversaire (…) mais il y a une énorme différence entre l’intention de faire mal et l’intention ferme de gagner son challenge. Ça, j’aime ». Cette distinction entre jouer « méchamment » et jouer durement n’existe pas seulement dans le discours de Varane. Elle est l’axe fort de son jeu.

Le « Monsieur Propre » du Real

Le défenseur français, athlétique à défaut d’être surpuissant - 1m91, grande vitesse de course - n’a reçu qu’un seul carton rouge dans sa carrière professionnelle (durant la saison dernière en Liga). Une qualité qui lui a valu le surnom de « Don Limpio (Monsieur Propre) » dans Marca dès 2013, suite à 270 minutes sans commettre de faute, et qui est particulièrement précieuse pour le Real Madrid.

En effet, Pepe (33 ans) et Sergio Ramos (30 ans), les coéquipiers de Varane (ses rivaux pour une place en charnière), ne présentent pas la même caractéristique. Le Portugais a été exclu treize fois depuis le début de sa carrière, l’Espagnol vingt-et-une fois. Pourtant, ces deux joueurs expérimentés gardent une longueur d’avance sur Varane (titulaire depuis plusieurs matches, en l’absence de Ramos, blessé au genou gauche) aux yeux des différents coaches que les trois hommes ont connu au Real.

Ascension éclair, statut précaire

Natif de Lille, Varane a été repéré très jeune par l’ogre-Real. L’ancien défenseur lensois (depuis 2010 au sein de l’effectif professionnel) a été recruté par le club madrilène en 2011 pour 10 millions d’euros… et il n’a jamais réussi à s’imposer durablement dans l’axe de la défense des Merengue. Son passage éclair du centre de formation du RC Lens à l’équipe première du Real Madrid (à seulement 18 ans et avec uniquement une saison de L2 pour transition) a longtemps justifié son statut de doublure. Mais celui-ci peut aujourd’hui poser problème.

Si Varane avait participé à l’Euro 2016, il l’aurait abordé en relatif manque de temps de jeu : 2182 minutes disputées en championnat en 2015/2016, soit moins que Laurent Koscielny (2846) mais aussi Samuel Umtiti (2658) et Adil Rami (2426)*. Un différentiel trop faible pour être rédhibitoire et qui lui aurait même permis de jouir d’une certaine fraîcheur. Mais un différentiel symbolique.

Soif de responsabilités

Être un « intermittent », cela fait désordre pour celui que Didier Deschamps considère comme l’un des piliers de la défense tricolore, avec Koscielny : « Raphaël (Varane), je compte sur lui depuis plusieurs années (…) il a l’expérience du haut niveau (août 2016) ».

Varane assume son ambition. Il souhaite « s’investir de plus en plus dans la vie de groupe » en équipe de France et aspire à devenir un leader tactique : « j’aime bien parler avec mes coéquipiers pour qu’on soit mieux placés, mieux coordonnés (…) c’est mon rôle ». Même lorsqu’il « regarde un match », il est « dans l’analyse permanente ». En bleu, Varane ne veut plus se contenter d’être un soldat et c’est là-dessus que Deschamps l’attend, plus encore que sur son sempiternel bémol : « il n’est pas sans arrêt au duel. Et il ne le sera jamais ».

Saison charnière

Pour cela, la légitimité que son vécu, sa qualité de relance et l’aura du Real lui confèrent ne suffira pas éternellement. Il doit jouer, régulièrement. Zinédine Zidane, son entraîneur en club, lui a témoigné sa confiance cet été : « il (Varane) a eu des propositions importantes et n’a pas voulu partir, mais c’est surtout nous qui n’avons pas voulu le céder (ndlr : le défenseur français est sous contrat avec le Real jusqu’en 2020)», mais il n’en fait pas encore l’un de ses hommes de base.

Jusqu’à présent, la fidélité de Raphaël Varane envers le Real Madrid rime avec abnégation et plaide en sa faveur. D’ici quelques mois, elle pourrait s’apparenter à un mauvais choix de carrière si l’ancien Lensois n’a toujours pas gagné ses galons de titulaire... et les cinq centimètres qui lui avaient manqué face à Pellè. Les cinq centimètres qui lui manquent peut-être encore pour être un grand défenseur.

Simon Farvacque


*http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Le-paradoxe-raphael-varane-en-bleu/724437

Autres sources :

http://rmcsport.bfmtv.com/football/real-madrid-zidane-varane-c-est-un-joueur-qui-compte-pour-moi-pour-le-club-1030070.html

http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Raphael-varane-je-m-investis-de-plus-en-plus-dans-la-vie-de-groupe-en-equipe-de-france/587038 http://www.lequipe.fr/Football/Article/Raphael-varane-je-n-ai-pas-souvenir-d-avoir-sciemment-decoupe-un-adversaire/639688http://www.footballdatabase.eu/football.joueurs..pepe.10310.fr.html

http://www.onzemondial.com/dossiers/65730-raphael-varane-exclu-onze-mondial-real-madrid

 

Conférences de presse de l’équipe de France

Publié le 08/11/2016