Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Squash : L'arène d'Angleterre tombe aux mains des Français

L’arène d’Angleterre tombe aux mains des Français 

Le 2 mai 2015, l’équipe de France masculine de squash a remporté son premier titre de championne d’Europe, en triomphant de son homologue anglais, absolue maîtresse du Vieux Continent depuis 1993. Retour sur cette performance.

Le squash est un sport particulier, dont une part de la singularité repose sur le fait que la zone à défendre soit la même que celle à attaquer.

Ainsi, le court de squash est un espace partagé, à conquérir. Un espace clos où les adversaires s’affrontent à coups de raquettes interposés, sans cesser de courir, une boite oppressante au sein de laquelle les combattants luttent sans se toucher, mais non sans se faire souffrir. Une sorte d’arène des temps modernes, où seule la sueur règne, dénuée du sang des gladiateurs destinés à mourir.

Un terrain que l’Angleterre faisait sien, à l’échelle européenne, depuis vingt-deux ans, sans discontinuité... jusqu’à ce que la France vienne y planter son drapeau, le week-end dernier.

Une régularité enfin récompensée

Cette conquête est le fruit d’une croisade qui dure depuis la fin du siècle dernier. En effet, entre 2000 et 2014, quatorze des quinze finales des Championnats d’Europe masculins de squash par équipe ont vu la France et l’Angleterre s’affronter. Pour un résultat identique au fil des années, Albion, inoxydable vainqueur, perpétuant son succès.

Pour les Tricolores, la quinzième tentative fut donc la bonne, comme si le squash se refusait à faire un clin d’œil au tennis, son plus illustre « cousin » au sein de la grande famille des sports de raquette : « non, de 15-0 il n’y aura point ! ». La France (3e en 2007, lorsqu’elle a raté son unique finale continentale du troisième millénaire) voit enfin ses échecs valeureux se muer en triomphe.

Des circonstances favorables

Un triomphe qui, à défaut d’être prévisible, semblait envisageable à l’aube de la compétition. En effet, l’épouvantail anglais étant privé de Nick Matthew, son meilleur élément (2e au PSA World Rankings*, champion du Monde individuel en 2010, 2011 et 2013), pour les Bleus, emmenés par Grégory Gaultier (3e au PSA WR, quadruple finaliste aux Mondiaux en solo) : l’occasion était rêvée. L’épilogue fut heureux. Retour sur celui-ci.

Toutes deux présentes au rendez-vous du dernier acte, les deux nations favorites s’affrontent « au meilleur de quatre matchs », se voyant départagées par le nombre de jeux marqués, si besoin, en cas d’égalité.Dans le clan français, c’est aux joueurs les plus expérimentés que la mission de prendre le contrôle des opérations incombe.

Une finale maîtrisée

Gaultier (vainqueur 3-1 contre Peter Barker, 6e mondial) et Mathieu Castagnet (11e, gagnant sur le même score face à Daryl Selby, 14e) mettent la France sur la voie royale... mais les deux rencontres qu’il reste potentiellement à jouer s’annoncent moins aisées.

Face à James Willstrop, ancien patron du circuit, Grégoire Marche ne s’incline que 3-2 (après avoir mené 2-1) et rapproche son équipe du trophée : un jeu inscrit par Lucas Serme suffirait pour que les Tricolores, qui mènent 2-1 (8-5), soient sacrés.

Lorsque, face à Chris Simpson (23e), Serme (41e) égalise à 1-1, c’est acté(1): La France embrasse enfin le titre qu’elle a si souvent touché du doigt, sans pouvoir s’en saisir, depuis quinze longues années.

Un succès porteur ?

De quoi lorgner sur d’autres contrées et tenter d’acquérir de nouveaux territoires ? Le collectif français se frottera bientôt, en faisant figure d’outsider, à l’Egypte de Mohamed Elshorbagy (1er), Ramy Ashour (4e, « seulement » triplement titré aux CDM en individuel) et Amr Shabana (9e, qui l’a été à quatre reprises) ainsi qu’à une Angleterre revancharde et toujours compétitive, pour tenter de faire prendre à son excellence une dimension planétaire.... tâche ô combien ardue.

En effet, en fin d’année, se dérouleront les Championnats du Monde masculins par équipe (12-18 décembre, au Koweït). Une compétition que l’équipe de France n’a jamais gagnée. Pour l’instant.

Simon Farvacque

*Classement individuel mondial de la Professional Squash Association : http://www.worldsquash.org/ws/athletes/psa-rankings

(1) https://www.youtube.com/watch?v=oaWeSjuhhhk

Sources :

Composition de l’équipe de France http://www.ffsquash.com/haut-niveau/les-equipes-de-france/masculine/

http://www.les-sports.info/squash-championnat-du-monde-hommes-2015-resultats-eprd62092.html

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-sports/squash-la-france-championne-d-europe-pour-la-1re-fois-de-son-histoire-02-05-2015-4740935.php

http://www.worldsquash.org/ws/wp-content/uploads/2015/05/May-2015-Calendar.pdf

http://www.worldsquash.org/

Publié le 09.05.15