Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Florent Manaudou, bon cent ne saurait mentir

 

Florent Manaudou, bon cent ne saurait mentir

Son palmarès n'est pas encore long comme le bras... mais comme les siens, il est d'une extrême densité. Florent Manaudou, en l'espace de trois années, s'est imposé comme le patron du 50m nage libre, tout en se parant d'or en relais et en continuant de papillonner avec succès. Son premier défi - celui de se faire un prénom - est maintenant derrière lui. Le prochain qu'il s'est fixé, est à la hauteur de son envergure colossale : le Roi du sprint cède aux sirènes de la discipline-Reine.

Fraichement élu « Champion des champions français 2015 » par le journal L’équipe, Florent Manaudou est l’une des figures incontournables de la natation mondiale. Polyvalent (un peu), puissant (beaucoup) et plein d’ambition, il s’apprête à débuter l’année 2016 avec Rio et les JO en tête. Mais cet astre de la natation, hégémon du sprint, était condamné à l’ombre dans sa jeunesse.

2009-2011 : minute papillon

L’ombre de sa sœur, Laure Manaudou, mais aussi celle d’une équipe de France trop pourvue en talents spécialistes des courtes distances (Bernard, Gilot, Bousquet, Leveaux etc.) pour que ses supporters ressentent le besoin de placer leurs espoirs dans des jeunes… qui n’avaient alors que ce statut. Manaudou était de ceux-ci, et, qui plus est, ne s’illustrait pas dans la plus médiatique des nages.

En effet, s’il pratique déjà le crawl (Champion de France cadet sur 50m, en 2007) et le dos, c’est bien en papillon que Manaudou obtient ses premiers résultats « chez les grands » : médailles de bronze (2009) puis d’argent (2011) nationales sur « 50 pap ». L’année 2012 marquera pour lui un virage déterminant, dans sa vie de sportif de haut niveau.

2012 : la révélation

Vice-champion de France sur 50 m nage libre (à deux centièmes seulement d’Amaury Leveaux – 21s95 contre 21s93), il monte encore sur la boite sur 50 m papillon (3e) et atteint les demi-finales sur 100m nl (résultat inédit pour lui). Il va ainsi participer à sa première grande compétition internationale – les Jeux Olympiques – sans être dans le rôle d’un leader. Il progresse discrètement, bien qu’il suscite un intérêt croissant… surtout en raison du parallèle établi avec le retour de Laure (sortie de sa retraite).

Aux JO de Londres, le jeune Manaudou avance donc masqué, et se qualifie pour la finale du 50 m nage libre, toujours sans faire de vagues (6e temps). De la ligne d’eau numéro 4, en outsider, il va créer la sensation.http://www.francetvinfo.fr/sports/jo/video-le-sacre-de-florent-manaudou-sur-50-m-nage-libre_126067.html Devant de bout en bout, il s’impose en 21s34, record personnel, avec deux dixièmes d’avance sur l’Américain Cullen Jones. Cesar Cielo, grand favori en tant que tenant du titre et double médaillé d’or mondial de la discipline, ne peut que compléter le podium.

2013 : la confirmation ?

Le nouveau pur-sang Bleu conclu 2012 par un Championnat d’Europe en petit bassin convaincant (titré en individuel sur 50m nl et plusieurs fois en relais), mais séquence émotion et satisfaction finissent par laisser place à la remise en question : à Londres, était-ce le coup parfait, ou l’acte de naissance d’un géant ? Manaudou, en 2013, est attendu au tournant. Aux « France », il répond présent (1er, 2e et 3e en crawl, papillon et dos) et se qualifie pour les Mondiaux dans les deux premières nages citées.

Il y échoue aux 5e (21s64 sur 50m nl) et 8e places (23s35 sur 50m papillon). L’inaugural succès sur 4 x 100m nl n’est qu’une consolation et non une performance rassurante (avec un temps de 47s93, lancé, il est par exemple « battu » de plus d’une seconde par son coéquipier Fabien Gilot – certes stratosphérique, en 46s90). Cette confirmation (seulement) partielle augure-t-elle d’un retour dans le rang ? Bien au contraire.

2014, en Champion

Face aux doutes qu’il génère alors, Manaudou redouble d’efforts. Il accorde de plus en plus d’importance au 100m et – dans une saison pourtant très chargée – se mue en stakhanoviste des bassins. Quadruple champion de France (50m nage libre, brasse, papillon, et 100m nl) et d’Europe (50m nl et papillon, 100m nl et 4 x 100m) il aborde les Mondiaux en petit bassin avec l’envie d’étendre sa domination émergente à l’échelle planétaire. Il le fera dans des proportions proches de l’absoluité.

Victoire sur 50m nage libre (Record du Monde - petit bassin, en 20s26), et 50m dos (RM - pb, en 22s22), (habituel) sacre en relais 4x100, assorti d’un podium sur 4x100 - 4 nages (3e)… seule la fameuse monarque des distances lui résiste encore. Il bute en effet sur Cesar Cielo (45s75, contre 45s81 pour le Français), en finale du 100m. Son année 2013 inaboutie est oubliée, la thèse du « old up olympique » définitivement infirmée. 

2015, en patron

Dans la continuité de ce grand cru, Manaudou glane trois médailles nationales dès le début de la saison 2015, dont deux en or (mais aucune sur 100m). L’heure des Championnats du Monde de la revanche a sonné (ceux en petit bassin sont moins prestigieux) ! L’échec de 2013 est balayé par un triplé. Il participe au 4 x 100m (encore) victorieux (les Tricolores sont invaincus en grande compétition depuis leur triomphe aux JO de 2012) et s’impose sur « 50 pap », en 22s97.

Mais, surtout, il impressionne sur 50m nage libre. Monstrueux, il écrase la concurrence en 21s19, meilleur chrono mondial en textile ! Nathan Adrian (2e, 21s52) et Bruno Fratus (3e, 21s55) sont à plus de trois dixièmes. Un océan les sépare du requin Bleu. L’unique maître du sprint : c’est Florent Manaudou. Ce règne sans partage, lorsque l’art du crawl n’excède pas les 23s, relance la question de son élargissement à un autre horizon.

Le cent, la tentation

Redondante, cette interrogation sur sa capacité à conjuguer sa puissance avec la même efficacité lorsque la traversée du bassin s’effectue deux fois, l’agace parfois. Elle était très prégnante lors du meeting de Nîmes, qui voyait le Français participer au 100m (samedi 19 décembre). Résultat ? 47s98, record personnel égalé et meilleurs temps de l’année 2015 tutoyés (Zetao Ning, en 47s84 et Cameron McEvoy en 47s94). De leur côté, Gilot et Mallet (en 46s96) ainsi qu’Agnel (50s07) observent de très loin cette course-canon.

Celle-ci achève de convaincre Manaudou, qui déclare « Je m'étais dit que si je faisais plus de 49 secondes, je laissais tomber et qu'en dessous, je réfléchissais… Quand j'ai touché et que j'ai vu 47,9, je me suis dit : ‘'allez, tente-le'’. ». L’Altesse de la natation, depuis longtemps, lui fait les yeux doux : il annonce enfin qu’il se lance à sa conquête olympique... sans pour autant prioriser celle-ci, car conserver son titre, sur 50m, est nécessaire à la pérennité de sa suprématie.

2016, au panthéon ?

Ce double objectif qu’il poursuit a une finalité glorieuse : Manaudou pourrait devenir le premier nageur français à défendre avec succès un sceptre dont il est tenant aux JO, et le premier nageur à monter sur le toit de l’Olympe sur 50 et 100m nage libre, la même année, depuis Alexander Popov (qui avait réalisé cet exploit en 1992 et en 1996).

L’entreprise est risquée – à courir deux lièvres à la fois, les deux pourraient lui échapper… le simple fait de se qualifier n’étant pas aisé* – mais cet objectif lui appartient. Il est trop longtemps resté dans un rôle de « frère de », tel un acteur secondaire de sa propre carrière, pour se la laisser dicter aujourd’hui, et il tient à le rappeler : " je fais mes propres choix. ».

Manaudou s'est émancipé de sa sœur aînée, de ce contexte familiale/médiatique aussi porteur que pesant, et s’est forgé sa propre place dans l'Histoire du sport français. Celle qu'il occupera dans la natation, au-delà des frontières, et dans le grand livre de l'olympisme, ne dépend plus que de lui.

Simon Farvacque

 

* Les Championnats de France de natation (qualificatifs pour les Jeux), auront lieu du 29 mars au 3 avril 2016 : http://ffn.extranat.fr/webffn/calendrier.php?idact=nat&month=12&year=2015&idtrt=2&idcal=1

Autres sources :

Le journal L’équipe

http://www.lequipe.fr/Natation/Actualites/Florent-manaudou-va-bien-tenter-le-double-50-100-m-aux-jo/618675

http://www.ouest-france.fr/sport/natation/retro-2015-manaudou-vise-le-double-au-jo-2016-3940584

http://www.liveffn.com/cgi-bin/resultats.php?competition=34469&langue=fra&go=epreuve&epreuve=52

https://fr.wikipedia.org/wiki/Championnats_du_monde_de_natation_2013

http://www.francetvinfo.fr/sports/natation/mondial-de-natation/direct-regardez-les-mondiaux-de-natation-en-russie-avec-francetv-sport-samedi-8_1032893.html

http://natation.blog.lemonde.fr/2015/08/08/en-direct-de-kazan-manaudou-un-50-m-nomme-desir/

Publié le 27.12.15