Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

La ruée vers Laure



Crédits photo : https://www.instagram.com/laureboulleauofficiel/
C’est la sportive française la plus « suivie » sur le net. Via cet indice de notoriété, récent et de plus en plus important, Laure Boulleau s’impose comme une personnalité du sport tricolore. Quels sont les leviers de sa réussite sur la Toile, et que suggère-t-elle ?

Le blog Session Sport (spécialisé dans le digital), vient de publier son classement des « vingt sportives françaises les plus populaires » sur internet : Laure Boulleau, baptisée « superstar des réseaux sociaux » à cette occasion, écrase la concurrence. Facebook (432k « fans »)*, Twitter (189k), Instagram (111k) : sur tous les fronts, elle domine aisément trois dauphines différentes (Alizé Cornet, 164k – Céline Dumerc 128k – Pauline Ferrand-Prevot 76,2k).

Proximité virtuelle 

L’arrière-gauche du Paris Saint-Germain surfe sur la vague de l’engouement qu’elle suscite, particulièrement encline à partager son quotidien avec son public, par écrans interposés. Entraînement matinal, repos lors d’une mise au vert, départ pour une rencontre à l’extérieur etc. autant de faits anodins, dans la vie d’une sportive de haut niveau, qu’elle narre par les mots et les photos. Des récits souvent ponctuées de formules de politesse et auxquelles s’ajoutent des clichés plus festifs (Noël ou autre Jour de l’An) qui achèvent de fonder cette relation factice. La démarche est classique et a fait ses preuves. Mais elle ne se suffit pas à elle-même, elle nécessite un prérequis.

Performances réelles

Avec 64 sélections en équipe de France, Laure Boulleau (29 ans), présente un excellent niveau sportif. Son potentiel a été décelé très tôt : elle a rejoint Clairefontaine à 17 ans, en 2003, accédant dans la foulée à l’EDF -19ans, avant d’intégrer la « A » (1).Depuis, plusieurs campagnes européennes et mondiales, une olympique, émaillent son parcours sur la scène internationale. Par ailleurs, elle a disputé la finale de la Ligue des Champions l’an passé et cumule moult places de deuxième du championnat, dans la roue de l’ogre lyonnais, avec le PSG. Un club au sein duquel elle a eu « la chance de tout connaître », selon ses propres dires.

Effet PSG…

Elle y a d’abord vécu l’anonymat du ventre mou (8e, 7e, 5e, 8e de D1, entre 2005 et 2009), alors que Paris ne quitte plus le quatuor de tête depuis six saisons (quatre fois 2e). Une évolution sportive, mais pas seulement. L’entrée du club de la capitale dans l’ « ère qatarie » rime aussi pour ses joueuses avec professionnalisme… et médiatisation. Laure Boulleau, en posant avec d’autres figures emblématiques de ce « nouveau » PSG, qui se veut conquérant sur tous les terrains (Blaise Matuidi, notamment, qu’elle a rencontré à Clairefontaine, il y a plus de dix ans), cultive sa célébrité croissante. Une célébrité qui est telle… que la réciproque se vérifie maintenant.

… réciprocité

Laure Boulleau s’est fait un nom, comme Nikola Karabatic (lui aussi « Parisien ») le notait avec humour sur twitter (voir photo ci-dessous) et comme le PSG n’a pas tardé à le comprendre, en misant sur son image.            

Marraine de la Fondation PSG, Laure Boulleau est choisie, en décembre dernier, aux côtés de Nikola Karabatic, justement, David Luiz, Marco Verrati et Edinson Cavani pour illustrer la campagne « My Dream Trip » (gain de voyages au Qatar à la clé, pour assister à la préparation hivernale). De plus, on la retrouve souvent au micro de BeIN Sports, pour poser des questions comme pour y répondre.

 Sport… et style

Depuis 2014, elle est également sous contrat avec Orange, pour le jeu « 12e homme », et l’une des ambassadrices de la marque Daniel Hechter (deux partenaires du PSG). Marque dont le créateur éponyme fut un historique président du club parisien - dont il a été à la tête de 1973 à 1978 - impulsant sa professionnalisation.

Lorsque le magasine Sport&Style interroge Laure sur les raisons de cet engagement  dans le prêt-à-porter, en marge d’un shooting-photo, elle met en avant son goût pour les vêtements et déclare : « J’aime aussi être femme, à côté du foot. C’est très important pour moi.». Cette « féminité » affirmée semble être un trait fort de sa personne… et de la personnalité qu’elle est devenue.

Un phénomène symptomatique ?

En effet, beaucoup de ses admirateurs ne cachent pas leur attirance pour elle, la manifestant de différentes manières sur le Web, du commentaire contemplatif… au plus obscène. Une caractéristique qui interroge : son succès est-il la traduction d’une injonction à laquelle le sport féminin est soumis : « Par l’esthétisme, plus encore que par tes résultats, ta notoriété passera ? ».

Il ne doit, en tout cas, pas être résumé à cette hypothèse. L’ascension de Laure Boulleau repose sur une conjoncture plus complexe, basée sur l’essor du football féminin, certes sur son physique, mais aussi sur ses performances et, surtout, sur son appétence pour les nouveaux outils de communication, dont elle maîtrise les codes. Les réseaux sociaux ne sont plus seulement un indicateur de popularité, ils représentent maintenant, à condition de savoir les utiliser, un véritable vecteur de notoriété.

Simon Farvacque

*étude publiée le 12 janvier 2016 : http://www.session-sport.com/social-media/les-20-sportives-francaises-les-plus-populaires-sur-les-reseaux-sociaux

(1) Pour plus d’informations :http://www.labeautedufootball.fr/2015/06/a-la-decouverte-de-laure-boulleau-arriere-laterale-et-atout-charme-de-lequipe-de-france/

Autres sources :

https://www.fff.fr/equipes-de-france/toutes-les-joueuses/fiche-joueuse/2338134241-laure-boulleau

http://www.francetvsport.fr/laure-boulleau-j-ai-eu-la-chance-de-tout-connaitre-au-psg-277708

Article daté du 17.01.2016