Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Contador frappe fort


Alberto Contador a remporté le prologue du Critérium du Dauphiné 2016 (5-12 juin), qui se déroulait ce dimanche dans la ville des Gets. Il a devancé Richie Porte de 6 secondes, Christopher Froome de 13. Ce premier coup de force lui permet de marquer les esprits en vue de juillet, mais il reste beaucoup d'occasions à ses rivaux pour inverser la tendance cette semaine. 


Dans le vif du sujet. Avec ses 3.9 kilomètres à 9.7% de pente moyenne, le prologue de ce 68e Critérium du Dauphiné ne permettait aucun round d'observation. Face au mur, Alberto Contador (Tinkoff), Christopher Froome (SKY), Fabio Aru (Astana) ou autre Thibaut Pinot (Fdj) se devaient de mettre le premier coup. En gardant toujours à l'esprit le double enjeu de remporter une course par étapes prestigieuse, et de se préparer au mieux pour celle qui, dans ce domaine, écrase tout : le Tour de France.

 

Louis Meintjes (Lampre-Merida) en 12min30, puis Adam Yates (Orica-GreenEDGE) en 12min07 réalisent les premiers temps de référence, puis Julian Alaphilippe (Etixx Quick-Step) tutoie la barre des douze minutes (12min00). Pinot quant à lui déçoit (12min28) avant que Froome ne s'empare de la tête (11min49) pour longtemps. Mais pas jusqu'au bout.

 

Bardet dans le coup, Pinot dans le flou 

 

Dan Martin (Etixx Quick-Step) s'approche du Britannique (11min57), tandis qu'Aru, lui, peine à limiter la casse (12min44) avec plus d'une minute de déboursée sur le vainqueur... Alberto Contador, qui frappe fort, en 11min36. Richie Porte le talonne (11min42), le podium, assez "attendu", est connu. 

 

 

Côté français, outre Alaphilippe (5e à 24s), c'est Romain Bardet (Ag2r La Mondiale) qui s'est illustré (7e à 29s) pendant que Pinot se montrait plus discret (17e à 52s), sans s'affoler : "Je suis en mode préparation. J'espère me rassurer le week-end prochain". Le parcours lui permettra de le faire, si la forme suit. 

 

 

Pas de démesure... mais pas de répit : un parcours "nerveux" 

STAGE 1 - SPRINTEURS : COMPTEZ-VOUS !



Cette première étape sera l'un des seuls terrains de jeu offerts aux As du sprint. Alors, messieurs les "grosses cuisses" : à vous de jouer. 

STAGE 2 - MONT
ÉE PAR PALIERS 

7.5 km à 5.6% puis 6.8 km à 3.7% : c'est par deux côtes irrégulières et "abordables" que se termine cette deuxième étape. De quoi imaginer plusieurs scénarios. Eh si un bon puncheur-sprinteur passait ? Entre grands grimpeurs, l'ouverture des débats (sur course en ligne) attendra en tout cas. 

STAGE 3 - L'HEURE DES BAROUDEURS 


Pas de sommets infranchissables, une arrivée plane... mais la côte de Sécheras (2.9 km à 8.2%, dont un à 13.9%)  à une vingtaine de bornes de l'arrivée : cette étape ne convient à personne. Ni aux purs sprinteurs qui pourraient buter sur ce fameux mur, ni aux puncheurs qui le trouvent trop loin du terme, ni aux grimpeurs qui patienteront avant de déclarer les hostilités. Une échappée peut en profiter. 

STAGE 4 - FAUX PLAT, VRAIE EXPLICATION 


Lors des 1000 derniers mètres, à 2.6%, la route s'élève légèrement. Un final pour homme puissant et, surtout, une ultime occasion pour les coursiers les plus rapides : à Belley, nous aurons certainement droit à un sprint royal. 

STAGE 5 - PUNCH PRÉREQUIS 

Une dernière rampe irrégulière (6.4km à 6.5%) avec des passages très pentus mais aussi un replat sous la flamme rouge : les puncheurs vont se 

STAGE 6 - LA MADELEINE, TOIT DE CE DAUPHINÉ

Peut-être l'étape la plus conventionnelle de ce Dauphiné. Avec une ascension finale assez longue (12.3km à 6.6%) et un enchaînement de cols. Un avant-dernier round assez court tout de même (141km), qui confirme la tendance de cette année (aucune étape de 200km) : prime à l'intensité. 

STAGE 7 - UN ÉPILOGUE REPRÉSENTATIF


En guise de bouquet final, une étape aux airs de condensé de la semaine : ça monte, ça descend et ça préserve le suspense. Les derniers hectomètres ne semblant pas assez difficile pour ne compter que sur eux pour réaliser un grand coup, ils peuvent pousser à une course de mouvement. Comme en 2014, lorsqu'Andrew Talansky avait renversé les favoris (Contador et Froome) à l'issue d'un feu d'artifice de 131 km, entre Megève et Courchevel. 

"El Pistolero" a tiré le premier. Mais pour remporter le Dauphiné et prendre un avantage psychologique à quelques semaines du Tour de France, il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Porte et Froome sont déjà dans le coup, tandis que Pinot et Aru tableront sur le week-end prochain, montagneux, pour monter en puissance.

 Simon Farvacque

Site officiel pour informations complémentaires :

http://www.letour.fr/criterium-du-dauphine/2016/fr/parcours-general.html

Publié le 05/06/16