Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Bjoerndalen : Le maître du biathlon entre au Panthéon


            Depuis 3 ans maintenant, deux  jeunes loups se disputent le sceptre de roi du Biathlon : Emil Svendsen et Martin Fourcade. Sur les quatre dernières compétitions mondiales (championnats du monde et JO confondus) les deux hommes ont trusté 11 des 16 titres individuels mis en jeux. Mais si ces deux biathlètes règnent actuellement sur leur sport, le chemin qu’il leur reste à parcourir est encore long, pour égaler celui qui en est le plus grand des champions.

Nous sommes en 1994, à Lillehammer. Le rugby ne s’est pas encore professionnalisé*, l’arrêt Bosman n’a pas été prononcé, et par François Mitterrand les français sont présidés. 
Fort de ses trois titre de champions du monde junior acquis l’année précédente à Ruhpolding, un jeune biathlète norvégien de 20 ans se présente, ambitieux sur ses terres, aux 17e Jeux Olympiques d’Hiver. A la fin de la compétition, aucune médaille de récoltée, aucun coup d’éclat à noter.
Le jeune Bjoerdalen est-il destiné à rester un éternel espoir?
Aujourd’hui 20 années ont passé, et ce dernier, des Jeux Olympiques d’Hiver est le plus titré.
Il est entré dans l'Histoire.

En effet, depuis mercredi dernier, avec 13 médailles (dont 8 en Or) Ole Einar Bjoerndalen trône au sommet d’un mont olympe enneigé, bien loin encore de son voisin ensoleillé sur lequel Michael Phelps parait à jamais perché (22 médailles dont 18 en Or). Un mont qu’il a donc gravi à la force du bâton en consacrant sa vie à son sport, le biathlon, pendant deux décennies de sacrifices et d’abnégation. 

La rivalité avec Poirée

Ce record confère à Bjoerndalen un statut privilégié, duquel il peut observer d’un air amusé, l’évolution de la rivalité entre Martin Fourcade le français, et Emil Svendsen son successeur désigné. Mais il y a quelques années, il était lui-même l’un des protagonistes d’un duel acharné, opposant déjà deux biathlètes de ces mêmes nationalités. 
De 1999 à 2007, il a ainsi livré un mano a mano âprement disputé avec Raphaël Poirée. Un affrontement dont il est d’ailleurs longtemps sorti perdant,  laissant notamment à son adversaire le luxe de remporter trois fois d'affilée la coupe du monde de biathlon (2000-2002). 
Ce n’est pas si étonnant finalement car Bjoerndalen est loin d’être le biathlète le plus complet de l’histoire de son sport, bien qu’il en soit le plus grand. Grand comme les rendez-vous Olympiques qu’il a toujours mieux négociés que son rival français qui n'y a jamais été titré. 

Fantastique fondeur ... mais tireur perfectible

La raison pour laquelle il a rencontré tant de difficultés à affirmer sa suprématie, face à ce dernier, réside sur le pas de tir. Car outre la réelle valeur de Poirée, si la domination de Bjoerndalen n’a rien eu d’hégémonique, c’est avant tout en raison du fait qu'il n’a toujours su friser l’excellence que sur la piste. Un comble pour un athlète aussi perfectionniste. 
En effet, Bjoerndalen est bien meilleur fondeur que tireur, comme en témoigne son titre au sprint cette année à Sotchi où son 9/10 lui a suffi (alors que les deux adversaires l’accompagnant sur le podium avaient quant à eux réussi un sans faute). Il n’a d'ailleurs terminé qu’une saison avec un pourcentage au tir supérieur à 86% de réussite (en 2011). A titre de comparaison Fourcade a culminé à une moyenne de 89% l’an dernier.
Mais tel un tennisman doté d'un solide revers et d'un coup droit de rêve, tel un cycliste bon sur le plat et invincible dès que la route s'élève, Bjoerndalen faisait fructifier sa très correcte régularité face aux cibles par des qualités de fondeur qui le rendaient irrésistible. 
Ainsi son arme majeure n'était donc pas sa carabine, et c'est en ski de fond qu'il portait l'estocade, exécutant froidement ses plus vaillants camarades.
Il était si fort dans ce domaine qu'il s'est permis de remporter une étape de coupe du monde de la discipline (lors de la saison 2006-07), terminant même avant cela, 6e du 30 km libre des JO de Salt Lake City en 2002. Jeux Olympiques qui furent paradoxalement l'apogée de sa carrière (il y remporta les 4 courses de Biathlon au programme) et disputés lors d'une de ses moins bonnes saisons sur le circuit (seulement 3e au classement général de la coupe du monde). 

Quel avenir pour lui et pour son record ?

Cette année là il obtint d'ailleurs le titre honorifique de sportif norvégien de l'année. Mais il ne véhicule pas cette image positive seulement dans son pays, il vient en effet d'être élu par ses pairs pour intégrer le  CIO. Si c'est avant tout pour sa légitimité sportive qu'il a été plébiscité, il est réputé plutôt sympathique, comme peut en attester Raphaël Poirée qui a vu leur rivalité se muer en amitié : "Sur le circuit, il se préserve énormément, on n'arrive pas à faire ressortir grand chose de lui humainement parlant. Mais en dehors (des courses), c'est un gamin, on a fait des grosses conneries"
C'est donc un biathlète paradoxal, sur lequel le temps n'a jamais paru avoir d'effet qui s'apprête à tirer sa révérence en fin de saison, tournant la page sur sa vie de sportif mais laissant une trace indélébile dans le livre des records.
Une trace indélébile certes, mais inscrite dans un livre sans fin, dont certains athlètes écriront de nouvelles pages.

Dans quatre ans, seule sa compatriote fondeuse, Marit Bjoergen (10 médailles dont 6 en or), pourrait le déloger de son fauteuil de souverain historique des hivernaux jeux olympiques. En effet, aucun athlète masculin ne sera en mesurer de le déposséder de la distinction qu’il a acquise cette année, celle d’homme le plus médaillé de l’Olympisme givré.
Bien que la carrière du maître du biathlon s'apparente à une ode à la passion de son sport, plus encore qu'à une course aux records, le fait qu'elle se termine par cette consécration, ex rêve inavoué devenu objectif assumé, reste la plus belle façon de la magnifier. 

*officiellement en tout cas

FARVACQUE Simon

http://www.lebiathlon.fr/ole-einar-bjoerndalen-le-biathlete-en-or/ 
http://www.liberation.fr/sports/2014/02/20/jo-2014-ole-einar-bjoerndalen-et-hayley-wickenheiser-elus-au-cio_981785
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ole_Einar_Bj%C3%B8rndalen
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rapha%C3%ABl_Poir%C3%A9e
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marit_Bj%C3%B8rgen
L’équipe du Jeudi 20 février 
publié le 23/02/2014