Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Des haies et des espoirs

A l’occasion des prochains Championnats d’Europe d’Athlétisme en plein air (du 12 au 17 août prochain), la France va tenter de continuer de s’affirmer comme l’une des nouvelles places fortes du vieux continent. Deuxième au classement des médailles lors des deux dernières éditions, en 2010 et 2012 _ alors qu’avant cela, elle n’avait jamais fait mieux que 3e en 1950 _ la délégation française pourra compter cette année, entre autres, sur ses « hurdlers » spécialistes des courtes distances. Arrivant avec le statut de favori, Cindy Billaud et Pascal Martinot-Lagarde sauront-ils saisir leur chance ?  Il le faudra pour ce dernier, car de son propre pays émerge déjà la concurrence.

Par rapport à leurs homologues dénuées d’obstacles, les courses de haies entretiennent encore un peu plus la glorieuse incertitude du sport. Ladji Doucouré en a amèrement fait l’expérience, lorsqu’en 2004, aux JO d’Athènes, il avait vu ses espoirs de médaille ruinés par une faute sur la dernière haie, qu’il abordait en 2e position dans le sillage de la fusée Liu Xiang.  Finalement 8e de la finale, il prendra sa revanche sur ce même adversaire, et sur ce coup du sort, en remportant le titre de Champion du Monde l’année suivante, un centième de seconde devant le Champion Olympique.  
Mais si les coureurs et coureuses de haies ne sont jamais à l’abri de ce petit grain de sable susceptible de venir enrayer leurs mécaniques, si bien huilées soient-elles, certains et certaines se présentent tout de même sur la ligne de départ, affublés du statut de prétendant numéro un.
Cet été, ce sera le cas de Cindy Billaud, dans sa quête du titre de Championne d’Europe.

Cindy Billaud,  de plus en plus costaud, abaisse enfin ses chronos

C’est sur le tard que la Française se révèle au plus haut niveau. Médaille de bronze aux Championnats d’Europe Junior en 2005, puis Championne de France Espoir en 2008, elle peine longtemps à faire fructifier ces résultats en sénior. De 2008 à 2012, son record sur 100m haies passe seulement de 12’’99 à 12’’93. L’an dernier, à 27 ans, elle l’améliore de manière spectaculaire, le portant à 12’’72, en demi-finale des championnats de France, puis à 12’’59 en finale.  Une finale qui la verra remporter sa première couronne nationale.
Cette année, elle a confirmé sa montée en puissance : conservant son titre hexagonal et égalant même, en série, le record de France de la distance (12’’56). Après sa finale mondiale de l’an dernier, et avec la 5e meilleure performance planétaire de l’année (derrière quatre Américaines) elle se présente comme la femme à battre aux Championnats d’Europe cet été. Suivent la Britannique Tiffany Porter et l’Allemande Nadine Hildebrand dans la hiérarchie continentale, toutes deux flashées en 12’’71 [deux fois pour la première et seulement une fois pour la seconde (+2m/s)].
Si pérenniser sa place au sein du gratin mondial était l’un des enjeux majeurs de sa saison, la Française ne perd pas de vue ce qu’elle vise en priorité : « Mon objectif de l’été, c’est les Championnats d’Europe à Zurich » et, dans ce but, s’avance confiante : « Tout ce qui peut m’arrêter, c’est une blessure. Or on travaille pour l’éviter. Si je ne suis pas blessée, on ne m’arrêtera pas. ».
Chez les hommes aussi, c’est un Tricolore qui semble le plus apte à régner sur le vieux continent.  

Pascal Martinot-Lagarde, en constante progression, prend une nouvelle dimension  

Médaillé d’argent aux Europe en 2010 et 2012, Garfield Darien, victime d’une mononucléose en 2013 retrouve petit-à-petit ses sensations (3e des derniers Championnats du Monde en salle, sur 60m haies)… mais le vrai leader français est bien devenu Pascal Martinot-Lagarde.
Son ascension vers les sommets est linéaire. Sur 110m haies : 13’74 en 2010, 13’’41 en 2012, 13’’12 en 2013… et 12’’95 cette année, record de France battu et confiance maximale engrangée. Avec ce temps, il se classe 2e dans le gotha mondial de la saison, et s’impose, de loin, comme le meilleur européen (le Russe Sergey Shubenkov, son plus proche poursuivant, est à créditer de 13’’13).
Mais son palmarès reste relativement modeste : aux Championnats de France il vient de remporter son premier titre, chez les grands, en plein air. Au niveau international, ses seules médailles ont pour l’instant été glanées en salle, et n’ont jamais été teintées d’or. Seulement âgé de 22 ans, cet été, il sera déjà attendu au tournant. Il le sait, et ne s’en cache pas « Maintenant, pour moi, il y a à chaque fois une marche à franchir. J’ai réussi à conquérir la France. La prochaine marche, conquérir l’Europe. Puis les Mondiaux et les JO de Rio. Souhaitez-moi bonne chance (éclat de rire). »
Mais avant de postuler à cette consécration, avant devenir un cador chez les séniors, Pascal Martinot-Lagarde brillait déjà chez les juniors, décrochant notamment le titre de champion du monde de la catégorie, en 2010. Un sacre qu’un de ses jeunes compatriotes a vécu cette année.

Wilhem Belocian, doté d’un incontestable talent, a-t-il l’étoffe d’un Grand ?

Ce dernier, Wilhem Belocian, est du même coup devenu le premier junior de l’Histoire à casser la barre des 13 secondes sur 110m haies (basses), en 12’’99, soit 9 centièmes de mieux que l’ex-record mondial. Si l’échelle temporelle de cette performance est à relativiser (jusqu’en 2004, les juniors franchissaient les mêmes haies que les séniors, soit 1m06, contre 99cm à l’heure actuelle), elle fait tout de même du jeune homme, le successeur de Thierry Vigneron, dernier junior Tricolore à détenir un record planétaire, en plein air, en 1979 (5,61 m à la perche).
Il sera intéressant de suivre son évolution, de voir si les quelques centimètres supplémentaires qui s’opposeront à lui seront rédhibitoire à sa progression. Sur les haies hautes, ses premières références sont en tout cas très encourageantes, avec un record de 13’’54, soit mieux que Guy Drut (13’’85), Pascal Martinot-Lagarde (13’’74) et Ladji Doucouré (13’’58) au même âge. Sans s’enflammer, Belocian a conscience de l’étendue de ses possibilités, jugeant lui-même ce premier contact avec le haut niveau comme « satisfaisant ».
Sa saison est d’ores et déjà un succès, alors que le degré de réussite de celle de ces deux ainés ne pourra être défini qu’après les Championnats d’Europe. Or, si Cindy Billaud et Pascal Martinot-Lagarde franchissent aujourd’hui les haies avec une telle aisance qu’ils semblent voler au dessus de ces obstacles de circonstance, ce n’est qu’une impression, et à tout moment la loi de la gravité peut les ramener, sur terre, et à la raison. Leur potentiel n’est plus à prouver, leur éclosion est actée, mais il leur reste à gravir le plus dur des échelons, à savoir celui de la confirmation lors d’une grande compétition. A Zurich, sur leurs épaules ils porteront une partie des espoirs de leur Nation : à eux de se forger un destin de Champion.
Simon Farvacque
Sources :
http://www.iaaf.org/records/toplists/hurdles/400-metres-hurdles/outdoor/women/senior/2014
http://www.iaaf.org/athletes/france/cindy-billaud-196403#progression
http://fr.wikipedia.org/wiki/Championnats_d'Europe_d'athl%C3%A9tisme
http://www.rtl.fr/sport/football/athletisme-cindy-billaud-egale-le-record-de-france-du-100-m-haies-7773193904
http://www.francetvsport.fr/athletisme/championnats-d-europe/pascal-martinot-lagarde-je-ne-vais-pas-m-arreter-la-235201
http://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Billaud-on-ne-m-arretera-pas/482138
Le journal l’Equipe du Samedi 26 juillet 2014
Publié le 28/07/2014