Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Le Brésil...

... débute par un nul et ce n'est qu'une demi-surprise

L'Afrique du Sud et le Brésil ont partagé les points (0-0) hier soir, au Stade Mané Garrincha de Brasilia. La Seleçao s'est montrée poussive pour son entrée en lice dans le tournoi olympique de football masculin. Et le pire, c'est que cela n'a rien d'étonnant. 

Gabriel Jesus, mis en échec par la défense sud africaine

Les Jeux Olympiques de Rio n'ont pas encore commencé. Pourtant, ils ont déjà débuté. Les femmes (équipes "senior") mercredi, puis les hommes ("U23" à l'exception de 3 joueurs) hier, ont entamé les deux tournois olympiques de football. Un paradoxe qui s'explique par un aspect pratique - étaler les compétitions sur plus de deux semaines permet de ménager les organismes - mais qui témoigne également de la faible place qu'occupe ce si omnipotent ballon rond dans l'histoire de l'olympisme. 

Cependant, au pays du football, la conquête de l'or dans les deux tournois est primordiale pour le Brésil. Un enjeu décuplé par le fiasco du Mondial 2014 (H). 

Alors que son pendant féminin avait réussi son entrée en matière (3-0 contre la Chine), la Seleçao de Neymar avait donc la pression hier soir, face à l'Afrique du Sud. 

Wewerton, fébrile dernier rempart 

Dans ce contexte, ce sont les Bafana Bafana qui, décomplexés, se sont montrés dangereux les premiers, par Lebo Mothiba (3e minute). Progressivement, Gabriel Jesus et Neymar notamment, ont impulsé une timide domination. Timide, stérile... et surtout de courte durée. 

Les Sud Africains ont profité du manque de sérénité du gardien brésilien, Wewerton (ballon relâché à la 28e minute, sortie ratée à la 31e), pour mettre la pression sur les cages des Auriverde.

Lorsque la frappe du capitaine des Bafana Bafana, Keagan Dolly, passait de peu à côté (à la 35e minute), le Brésil pouvait s'estimer heureux de ne pas être mené. A cet instant, les hôtes avaient tiré deux fois moins au but que leurs pourtant moins prestigieux adversaires (3 tentatives contre 6). 

Un sursaut de leur star barcelonaise réveillait bien les tribunes (40e minute), mais au contraire de son homologue brésilien, Khune, le portier sud africain, se montrait intraitable. La première mi-temps accouchait donc finalement d'un match équilibré. 
Le raté de Gabriel Jesus

 
Toujours sans complexe, les joueurs d'Afrique du Sud se procuraient la première opportunité du second acte (48e). Mais alors qu'à l'heure de jeu le Brésil semblait enfin prendre l'ascendant, ou au moins dominer (12 tirs à 9), l'expulsion de Mothobi Mvala (2e carton jaune) allait lui permettre de faire le siège du but adverse. 
Pendant 30 minutes, le Brésil allait pousser. Plusieurs éclairs de Neymar illuminaient le piètre spectacle proposé (une talonnade pour Luan Vieira à la 78e, un bon centre à la 85e), mais Gabigol restait peu en réussite, autant qu'un Gabriel Jesus maladroit. Le jeune joueur qui vient de s'engager avec Manchester City trouvait le poteau à la 69e minute, dans un angle certes fermé, mais face à un but vide qui semblait lui tendre les bras. 

Le contre des Bafana Bafana n'aboutissait pas (86e) et, comme un symbole, Neymar ratait la dernière occasion de la rencontre, avant que le match ne se termine sous les sifflets d'un public déçu. 

Une promesse attendue

Remporter le tournoi olympique de football masculin - ce que la Seleçao n'a encore jamais fait - n'effacerait en rien l'humiliation infligée par l'Allemagne il y a deux ans. Mais en triomphant à domicile les jeunes Auriverde, à défaut de redonner ses lettres de noblesse au "grand Brésil", suggéreraient qu'il est prêt à renaître de ses cendres. 

Ils en sont encore loin.


Simon Farvacque