Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Des Verts sur la pente descendante ?

Cette saison, aucune province irlandaise n’a atteint les quarts de finale de l’European Rugby Champions Cup. Une première depuis 1998… année de la dernière cuillère de bois « décrochée » par le XV du Trèfle. Celui-ci, double tenant du Tournoi, est-il à l’aube d’une ère moins prospère ? 
Sean O'Brien

Encore raté. Battue par l’Argentine aux portes du dernier carré l'an passé, l’équipe d’Irlande n’a toujours pas participé à la moindre demi-finale de Coupe du Monde. Pourtant, les joueurs de Joe Schmidt abordaient le rendez-vous planétaire dans le costume d’un vainqueur récidiviste du Tournoi des 6 Nations. Une suprématie continentale qu’ils auront du mal à pérenniser.

Une page se tourne

En effet, si leurs échecs répétés à l’échelle du globe sont si marquants, c’est parce qu’ils semblaient destinés à être abrogés par une génération dorée. Celle-ci n’a donc pas rompu le mauvais sort, mais les « retraites » de ses membres dessinent les contours d’une période de transition. Ronan O’Gara en 2013, Brian O’Driscoll en 2014, Paul O’Connell (ex-capitaine) et Gordon D’Arcy l’an dernier : plusieurs symboles de cette ambition contrariée… mais aussi de belles vertes années, ont tiré un trait sur leur carrière internationale. Cela fait beaucoup de joueurs emblématiques en moins, bien que certains postes clés sont toujours aux mains d’hommes d’expérience (Rory Best, affublé du brassard, au talon, Jamie Heaslip en n°8, Rob Kearney à l’arrière). Voir Liste des présélectionnés pour le Tournoi. 

Les premiers enseignements de l’European Rugby Champions Cup (ERCC1) version 2015-2016, confirment tout de même, que la relève est dure à assumer.

Provinces Moribondes

Avec respectivement, huit, six et six titres, Français, Anglais et Irlandais dominent l’Europe, depuis l’instauration d’une compétition opposant les meilleurs clubs et provinces du continent. Cependant, cette saison, le monstre à trois têtes qu’ils forment se voit partiellement décapité. Avec cinq et trois représentants, Albion et l’Hexagone se sentent bien seul dans le grand huit de l’ERCC1 (voir résultats des poules et tableau de la phase finale, ci-joints), délaissés par leurs rivaux irlandais.

L’Ulster (voir suite de l’article) a séduit, mais le Munster a souvent été méconnaissable (sur cet exploit de Sekou Macalou par exemple) et le Leinster n’a pas été à la hauteur de l’unique « poule des (ex-)vainqueurs ». La période 2005-2012 (cinq titres sur sept possibles), qui s’était achevée par une finale Leinster-Ulster, paraît bien loin.

Economie en berne

Le Guinness Pro 12 ne suit pas la cadence du Top 14 et de la Premiership, qui gagnent en attractivité. Les droits TV s’élèvent à 74 M d’euros par saison pour le championnat français (Canal +), contre 50 – comprenant les matchs européens des équipes concernées – pour son homologue anglais (BT Sport, revalorisation actée d'après The Telegraph ) et 12 pour la compétition mettant aux prises des équipes galloises, irlandaises, écossaises et italiennes (selon The Irish Times).

En plus de devoir partager un pactole domestique moins important, les provinces irlandaises – dont le Connacht, qualifié pour les quarts de finale de l’European Rugby Challenge Cup (ERCC2) fait également partie – doivent maintenant obtenir de plus haute lutte leur qualification pour l’ERCC1. Voir article de présentation des changements majeurs du passage de la Heineken Cup (H Cup) à cette nouvelle formule , qui ne leur est pas favorable.

Des raisons d’espérer

Cependant, tout n’est pas sombre concernant l’avenir du ballon ovale irlandais. Le fonctionnement par province offre encore une garantie d’automatismes entre les joueurs, et de projet de jeu rapidement assimilable, vu que l’attrait des autres contrées reste modéré. En effet, aucun des trente-cinq joueurs présélectionnés pour le XV du Trèfle ne joue à l’étranger, tous sont membres d’une des quatre équipes irlandaises inscrites en Guinness Pro 12 (et qui y figurent d’ailleurs dans le « Top 6 », pour l’instant). Dans le détail : à l’ouverture, Jonathan Sexton avait déçu au Racing, mais a toujours répondu présent pour son pays. Seul son état de santé laisse planer un doute sur ses performances (des commotions cérébrales répétées pourraient le conduire à un forfait).

En troisième ligne, Sean O’Brien reste un gratteur redoutable, à la mêlée, Conor Murray offre des gages de sûreté, au centre, Robbie Henshaw a effectué des débuts prometteurs dans le Tournoi l’an dernier et Stuart McCloskey a tout pour en faire autant. Le jeune trois quart de l’Ulster (23 ans) a brillé lors de la phase de poule de l’ERCC1, tout comme son équipe, passée à deux doigts de la qualification (2e de son groupe avec 18 points, soit un de moins que Northampton et le Stade Français, encore en course). La vidéo ci-jointe l'illustre.

 

La dynamique du rugby irlandais, de ses provinces en relative difficulté sur la scène européenne, et de son équipe nationale sortie déçue du Mondial 2015, n’incite pas à l’optimisme pour les hommes en vert. Mais à quelques jours de l’entame du Tournoi des 6 Nations 2016… impossible de les retirer de la course au succès. Lors de sa période faste en H Cup (2005-2012) l’Irlande n’avait remporté le Tournoi qu’une seule fois en sept ans (GC en 2009) soit moins que lors des deux dernières années qui ont pourtant vu le Leinster et le Munster décliner. De plus, l'hégémonie toulonnaise coïncide avec les historiques contre-performances des Bleus, l’omnipotence anglaise en ERCC1 suit de très près le fiasco du XV de la Rose etc. Pour estimer le potentiel des sélections nationales, le « rugby de club », sur le Vieux Continent, est un indicateur de moins en moins pertinent.

Simon Farvacque

Sources :

http://www.lerugbynistere.fr/videos/video-le-leinster-terrasse-wasps-rugby-irlandais-crise-6-nations-2701161131.php

http://www.epcrugby.com/matchcentre/fixtures_champions_cup.php

http://www.rugbyrama.fr/rugby/coupe-d-europe/standing.shtml

http://www.rugbyrama.fr/rugby/top-14/2014-2015/droits-tv-du-top-14-la-ligue-reste-fidele-a-canal-pour-un-montant-record_sto4560305/story.shtml

http://www.telegraph.co.uk/sport/rugbyunion/premiership/11470940/Premiership-rugby-staying-on-BT-Sport-until-2021-with-cash-injection-a-huge-windfall-for-English-clubs.html

Publié le 31.01.16