Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Un quatuor en haute altitude

Un quatuor en haute altitude

Le record du monde du saut en hauteur est l’un des plus vieux de l’athlétisme. Il date de 1993, et paraissait inaccessible ces dernières années, personne n’arrivant à le tutoyer. Cependant, cette saison, un quatuor ailé se prend à rêver de le faire tomber.

Javier Sotomayor a du souci à se faire. Son record tient toujours, depuis bientôt 21 ans, mais il vacille dangereusement. En effet, ils sont quatre à le convoiter, à vouloir le lui ravir. Quatre hommes qui ne cessent de flirter avec cette montagne que lui seul a su gravir, ces 2m45 qu’il est l’unique sauteur à avoir effacés mais qu’ils pourraient, eux aussi, franchir à l’avenir. L’Ukrainien Bondarenko, le Qatarien Barshim, le Russe Ukhov et le Canadien Drouin, les ambitieux en question, culminent tous à 2m40, ou plus, cette saison.

Ukhov, le plus expérimenté

A tout seigneur, tout honneur : Ivan Ukhov (28 ans), auteur de 2m41 cette année, champion olympique en titre, est le plus âgé de la bande. C’est en 2009, en devenant champion d’Europe en salle, qu’il acquiert une certaine reconnaissance internationale. Il confirme en 2010, champion du Monde (toujours en salle), vice-champion d’Europe en plein air et vainqueur de la Diamond League. En 2011, bien qu’à nouveau sacré en indoor au niveau continental, il déçoit à Daegu (5e des championnats du Monde en plein air). Puis 2012 est, pour lui, l’année de la consécration, celle du sacre olympique. L’an dernier, il a été un peu en retrait, mais revient très fort cette saison.

Il le faudra pour résister à la jeune génération.

Barshim et Bondarenko, les favoris désignés

Le Qatarien et l’Ukrainien sont les seuls à avoir franchi deux fois les 2m40 (ou plus) cette saison, et leur meilleur performance est de 2m42. Jeunes (23 et 24 ans) et talentueux ils se sont livrés à New York, un épique duel qui fait d’eux les têtes d’affiche de la course au record.

L’un est actuellement détenteur du titre de champion du Monde en salle (Barshim), l’autre en plein air (Bondarenko) et leurs palmarès risquent de s’étoffer dans les années à venir. Leur duel ne sera pas arbitré par le seul Ukhov, car ils n’ont ni le monopole de la jeunesse, ni celui du talent, dans une discipline qui en regorge actuellement. Ainsi, un quatrième larron vient se mêler à la lutte.

Drouin, le plus discret mais pas le moins doué

La pépite canadienne : Derek Drouin, est en effet un sérieux client. Il est le seul des quatre à ne détenir aucun titre mondial et est en queue de ce performant peloton, au bilan de la saison, avec 2m40. Il s’avance donc en outsider, mais sa progression est notable depuis deux ans (son record était seulement de 2m27, début 2012).

Le plus impressionnant, c’est que ces quatre hommes ne sont pas seuls au monde : Aleksey Dmitrik (30 ans), souvent placé mais jamais gagnant, pourrait figurer dans la liste des prétendants avec ses 2m40 réalisés en indoor (seulement 2m30 en plein air cette saison), et Eric Kynard (23 ans), le prometteur Américain, vice-champion olympique et auteur cette saison de 2m37, risque bien de s’inviter rapidement dans la danse. Certains lui prêtent d’ailleurs un potentiel encore supérieur à celui de Drouin.

Ainsi, c’est la hauteur masculine, en elle-même, qui gravit, un à un, les échelons depuis 5 saisons.

Le niveau global augmente, la menace se précise

En effet : en 2009, c’est une barre à 2m35 qui est restée la marque de référence toute l’année (partagée par plusieurs sauteurs). En 2010, personne n’a fait mieux que 2m36 (Ukhov). 2011 : encore un petit centimètre de gagné, l’Américain Jesse Williams s’élève à 2m37.

En 2012, Ukhov et Barshim, en effaçant 2m39, sont les plus proches des cieux (mais 2m29 suffisent à avoir une médaille aux Jeux). Lors de la saison 2013, Bondarenko se révèle et s’offre le scalp des 2m41, un petit exploit qu’il réalise même deux fois. En 2014, donc, l’exploit se banalise et la menace, pour Sotomayor, se précise.

La hauteur, un coin de ciel bleu pour l’athlétisme ?

Nivellement par le haut, rivalités naissantes, record dans l’air… autant d’ingrédients réunis pour faire du saut en hauteur masculin l’un des porte-drapeau de l’athlétisme mondial. Ce dernier a bien besoin de ce vent nouveau, car derrière la Foudre, Usain Bolt, se cache le mauvais temps. Les perchistes Lavillenie et Isinbayeva rayonnent dans la grisaille, mais les affaires de dopages et les nombreuses suspensions qui en découlent ternissent l’image de l’athlé.

Le débat est sans fin : les sports qui révèlent le plus de cas de dopés sont-ils les plus touchés par le dopage... ou ceux qui luttent le plus activement pour le vaincre ?

Toujours est-il que ces absences forcées (Gay hier, Gatlin avant-hier, et bien d’autres) qui concernent majoritairement, mais pas seulement, le « sprint », jettent le discrédit sur certaines compétitions.

Raison de plus pour se délecter de concours de saut en hauteur qui deviennent de véritables attractions, à tel point que pour les organisateurs des plus fameuses « réunions », attirer le gratin des sauteurs devient un enjeu majeur.

Doha, une ouverture prometteuse. New-York, un concours historique

Le 9 mai, le meeting qatarien marquait l’ouverture de la Ligue de diamant 2014, et, déjà, les regards se tournaient vers la hauteur. Barshim, sur ses terres, réalise une rentrée plus que correcte, en passant 2m37… et pourtant, il ne termine que 4e, devancé par Ukhov, Kynard et Drouin. Les choses sérieuses n’ont pas tardé à débuter, et le spectacle ne fait que commencer.

Le 14 juin, à l’occasion du meeting de New York, Bondarenko et Barshim ont conjointement établi un nouveau record: en effet, ce jour-là, le concours de saut en hauteur fut, grâce à eux, le premier de l’histoire à voir deux hommes franchir la barre des 2m42. Mais les 2m45 continuent de se refuser à eux. Ils doivent s’armer de patience, car Sotomayor a sauté 17 fois 2m40 (ou plus) en plein air, et la régularité à une telle hauteur semble n’être qu’un prérequis indispensable, et non un gage de réussite, dans leur quête de la barre ultime.

A Lausanne, le record va-t-il tomber ? Qui pour s’en emparer ?

Au rendez-vous helvète du 3 juillet, toutes les étoiles de la discipline devraient répondre présent. Barshim, Bondarenko, Ukhov et Drouin menant cette meute de loups affamés, qui cherchent à grignoter les derniers centimètres qui les séparent encore de leur illustre aîné… ces derniers centimètres qui seront sans doute les plus durs à combler.

Alors, en Suisse, dès Jeudi, ou plus tard cet été, l’un de ces champions fera-t-il chuter Sotomayor de son piédestal haut perché. Lui qui reste, pour l’instant, le patron, quand les quatre fantastiques ne sont encore que de simples trublions.

Mais surtout, si c’est le cas, lequel d’entre eux réalisera cette performance historique ? Car si ce carré d’as, qui pourrait bien se muer en quinte flush royale, brille par sa densité, c’est seul que chacun de ses membres aspire à inscrire son nom à la postérité.

Farvacque Simon

Sources :

http://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Une-ouverture-a-la-hauteur/463806

http://www.iaaf.org/records/toplists/jumps/high-jump/outdoor/men/senior/2013

http://www.lequipe.fr/Athletisme/AthletismeFicheAthlete6000000000013123.html

http://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Ukhov-enfin-couronne/304485

http://www.lequipe.fr/Athletisme/AthletismeFicheAthlete18434.html