Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Jimmy Butler, step by step

MIP (joueur ayant le plus progressé) de la saison NBA 2014-2015, Jimmy Butler poursuit depuis son ascension avec régularité. Il est devenu, au fil du temps et de ses changements de coéquipiers, le "franchise player" des Chicago Bulls, qui présentent pour l'instant un bilan équilibré (16V-16D). 

Un buzzer beater, c'est symbolique. Qui plus est avec le maillot des Bulls sur le dos. Bon, Jimmy Butler est encore loin de tutoyer Michael Jordan, mais son step back - shoot décisif à domicile face aux Nets (101-99) le 28 décembre dernier, point d'orgue d'une performance majuscule (40 points, 11 rebonds), a confirmé la tendance de ce début de saison régulière en NBA : l'homme fort de Chicago, c'est lui. 

Drafté en 30e position par la franchise de l'Illinois, après trois ans à l'université Marquette*, Jimmy ''Bucket'' Butler (27 ans), arrière-ailier de 2m01 et 105 kg, y prend une importance croissante depuis cinq saisons (sixième en cours). La courbe de son évaluation (simplifiée1) témoigne de cet impact de plus en plus important.

Un impact quasiment nul lors de sa première saison NBA. Au sein d'une équipe alors portée par un Derrick Rose à son apogée (MVP 2011) et au cinq de départ très homogène (Rip Hamilton, Luol Deng, Carlos Boozer et Joakim Noah tous à plus de 10 points par match de moyenne), Jimmy Butler a mis du temps à glaner des minutes de jeu.  Ce sont d'abord ses qualités défensives qui lui ont permis de s'imposer dans la grande ligue. 

De gros défenseur à franchise player

Son premier fait d'arme ? Participer à l'opération "limiter LeBron James" lors  des demi-finales de Conférence Est 2013. Le "King" termine la série loin de ses standards, avec 23.6 points de moyenne (à 43.75% de réussite) et aucune rencontre à plus de 30 unités (inédit pour lui durant ces PO). Insuffisant pour barrer la route du Heat (4-1), qui conservera son titre, mais suffisant pour estampiller Butler du statut de poison pour attaquant prolifique. Une caractéristique qu'il confirmera les années suivantes (membre de la All-Defensive 2nd Team en 2014, 2015, 2016) et qui tend à s'exprimer différemment depuis quelques mois. En effet, "Jimmy Bucket" s'illustre de plus en plus au rebond défensif, un peu moins en tant que voleur/contreur de ballon (voir graphique ci-dessous). 

C'est surtout offensivement qu'il s'est métamorphosé, au gré des blessures de D-Rose (depuis parti aux Knicks cet été) et des départs de Deng, Boozer ou autre Pau Gasol (arrivé entre temps en 2014). Après un bond spectaculaire entre les saisons 2013-14 et 2014-15 (année à l'issue de laquelle il a été élu MIP - joueur ayant le plus progressé), c'est de manière progressive que Butler s'est installé parmi les meilleurs "scoreurs" de la NBA (actuellement 10e) - voir infographie suivante pour constater son évolution.

Mais si Butler augmente son volume offensif, son adresse reste moyenne. Quand LeBron James (51.3%) ou Kevin Durant (53.8%), par exemple, rentrent plus d'un tir sur deux cette saison, lui continue de présenter un taux de réussite avoisinant les 45% (graphique précédent). Le leader de Chicago n'est pas un pur "shooteur" (34.6% à 3 points, très loin du seuil de 4/10 au-dessus duquel se situent pour l'instant 35 joueurs). 

Seul patron, la solution ? 

Cette particularité a interpellé cet été, lorsque le visage des Bulls a changé. Deux stars ont débarqué, bague(s) au doigt(s), à ses côtés : Dwyane Wade (34 ans) au poste d'arrière, enfant du pays "exilé" à Miami avec succès (3 titres de Champion en 13 saisons), et Rajon Rondo (30 ans), ancien meneur des Boston Celtics, titré une fois en 2008. Deux stars qui, elles non plus, ne sont pas connues pour leur aisance au tir primé.  Pour l'instant, le bilan de la franchise de Chicago, qui n'a plus connu les finales de Conférence depuis 2011, est à l'équilibre (16-16) : les Bulls sont dans la course aux playoffsMais faire débuter le jeune Doug McDermott (25 ans le 3 janvier prochain, 39.7% à 3 points en carrière) au poste 3, replacer Butler à l'arrière et Wade (19.1 pts à 30.6% de loin cette saison) sur le banc en début de match est une option que pourrait envisager le coach, Fred Hoiberg. Elle apporterait une plus grande menace extérieure à l'entame des rencontres et n'empêcherait pas "Flash" de faire jouer son expérience dans le moneytimeElle renforcerait aussi le statut de franchise player que Butler, sous contrat jusqu'en 2020, s'est forgé pas-à-pas. Sélectionné pour le All-Star Game en 2015 et 2016 (absent, sur blessure, la seconde fois) et membre de Team USA aux JO de Rio cet été  cela a été une grande expérience, j'ai pu observer la routine de mes coéquipiers, m'en inspirer"  il semble prêt à acquérir plus de responsabilités : "je ne vis pas dans l'ombre de Michael Jordanje veux être la meilleure version de moi-même et écrire ma propre histoire aux Bulls, y laisser un héritage".

En Floride, D-Wade a été capable de céder le leadership de "son équipe" aux mains de LeBron James par souci du collectif. Le voir accepter un rôle de sixième homme de luxe n'aurait rien d'étonnant. Certes, Butler n'est pas LeBron, pas plus qu'il n'est MJ... mais il est bel et bien l'atout numéro 1 des Chicago Bulls aujourd'hui. 

Simon Farvacque

* Qu'il a intégrée suite à une enfance compliquée 

L'évaluation "simplifiée" est ici calculée ainsi : points + rebonds + passes décisives + contres + interceptions + shoots réussis - shoots tentés + lancers francs réussis - lancers francs tentés - balles perdues, le tout divisé par le nombre de matches joués. Elle ne tient donc pas compte du nombre de minutes passées sur le parquet, par exemple.

Sources : 

http://www.espn.com/nba/player/stats/_/id/6430/jimmy-butler

http://www.nba.com/games/20130508/CHIMIA/gameinfo.html

http://www.nba.com/history/all-defensive-teams/

http://www.espn.com/nba/statistics/player/_/stat/scoring-per-game/sort/avgPoints/year/2017/seasontype/2

https://www.youtube.com/watch?v=ceB0xn540_c
http://www.papersabovetherim.com/?p=1037&utm_source=Facebook&utm_campaign=Interview%20Jimmy%20Butler%20post%20Facebook%2027.12.16&utm_term=NBA%2C%20Jimmy%20Butler%2C%20Chicago%20Bulls%2C%20Interview

Publié le 30.12.2016