Tweets sur sporthinker
Sporthinker
Un rendez-vous hebdomadaire pour tous les passionnés de sport.

Tiger Woods : Un prédateur en proie aux doutes

  Vingt ans que cela n’était pas arrivé. Pour la première fois depuis 1994, Tiger Woods n’a pas participé au Masters cette année. Cette absence, due à une récente opération du dos, est un nouveau coup dur pour le Tigre, qui depuis bientôt six ans, et sa victoire à l’US Open 2008, tente vainement de décrocher un 15e Majeur.

A l’occasion de la 78e édition du Tournoi des Maîtres Bubba Watson vient de revêtir, pour la deuxième fois de sa carrière, la fameuse Veste verte, ce que Tiger Woods n’a plus eu le loisir de faire depuis bientôt une décennie (2005). Mais la période de disette du Tigre ne se résume pas à ses déboires à Augusta.

En effet, Woods _ qui avait obtenu son premier titre en Majeur en 1997, puis connu une année blanche en la matière en 1998 et un passage à vide dans ce domaine durant deux saisons (2003 et 2004) _ s’était comporté en despote entre 1999 et 2002 (remportant 7 Majeurs sur les 16 mis en jeu) et entre 2005 et 2008 (en glanant 6 sur 16). Mais depuis 2008, c’est la traversée du désert en terme de tournois du Grand Chelem* pour un joueur qui continue de remporter de nombreux trophées (l’an dernier il a même récupéré son trône de numéro 1 mondial, égaré entre 2010 et 2013) mais voit son compteur-Majeur rester désespérément bloqué à quatorze unités. 
Pourquoi son palmarès s’est-il ainsi figé ?

 
Des blessures qui s’accumulent et initient sa chute  
 
Le forfait de Tiger Woods pour le Masters 2014 est symbolique, car c’est à Augusta qu’il avait écrit les premières lignes de sa légende, remportant le tournoi dès 1997, à seulement 21 ans, établissant à cette occasion pas moins de 20 records ! Depuis, il n’en avait pas manqué la moindre édition.
Mais aujourd’hui le corps de Woods est meurtri. Si le Tigre a toujours été sujet à des problèmes physiques, subissant des blessures récalcitrantes à son genou gauche notamment, la prolifération de celles-ci est une des raisons de son déclin. Entre 1997 et 2007 il ne connait que deux blessures (à son fameux genou) et cumule treize Majeurs… Depuis 2008 le rapport s’est diamétralement inversé avec neuf opérations chirurgicales et autres périodes d’absences à déplorer, pour un seul grand tournoi remporté.

Mais si son corps ne lui laisse guère de répit ces temps-ci, il était pendant quelques mois le cadet de ses soucis.

Des turbulences extra-sportives qui attisent son déclin


En 2009, Tiger est victime d’un accident de voiture, apparemment sans gravité. Physiquement en tout cas. Mais les circonstances dans lesquels l’incident s’est déroulé impliquent rapidement des conséquences bien plus désastreuses pour la vie du golfeur. En effet, une dispute conjugale est à l’origine de cette maladresse au volant, et on comprend rapidement que la mauvaise conduite du Tigre ne se cantonne pas à son véhicule (il avouera avoir trompé sa femme). L’image de gendre idéale qu’il véhiculait ne tardera pas à s’évaporer en fumée, et la médiatisation de cette affaire de mœurs ne faisait que commencer. En effet Woods aurait ensuite suivi une cure de désintoxication sexuelle (selon The Sun) ce qui l’érigera au rang de risée des médias aux Etats-Unis. La série télévisée South Park consacrera même un épisode au sujet de son addiction supposée (Sexual Healing, premier épisode de la saison 14). Le Tigre est devenu la proie des journaux, des télés et des avocats.


Lorsqu’en 2011, Tiger Woods se sépare de Steve Williams, son caddy de toujours (à ses côtés durant 12 années et 72 tournois remportés) il perd l’un de ses derniers indéfectibles soutiens. Une nouvelle rupture, professionnelle cette fois, qui symbolise une période tourmentée, des parcours de golf à sa vie
privée. Longtemps son image écornée sera une blessure aussi douloureuse à surmonter que les blessures physiques qu’il subit et qui ne cessent de s’accumuler, car son esprit n’est plus aux fairways
alors que c’est dans son mental d’acier qu’il avait forgé ses plus grands succès.

Son mental, cause de ses déboires… fut aussi la clé de ses victoires  

Si Tiger Woods reste encore à 4 tournois Majeurs du record absolu en la matière, détenu avec 18 trophées par Jack Nicklaus, il était en avance sur tous les temps de passage, jusqu’à sa récente période blanche, de son illustre aîné. En effet, dès son arrivé sur le circuit, il fit preuve d’une maturité impressionnante pour son jeune âge et vécut donc une ascension fulgurante. Le genre de belles histoires qui émeuvent l’Amérique, celle d’un surdoué qui dit tirer sa force de son métissage (Tiger est d’origine africaine et asiatique) et de ses croyances religieuses (il est de confession bouddhiste). Mais c’est surtout de l’entraînement psychologique drastique que lui a imposé son père, Earl Woods (ancien membre des forces spéciales américaines) que le Tigre puise son calme et sa force intérieure.

Provocations éhontées, stratagèmes de déconcentration assumés, son père ne lui a rien
épargné lorsqu’à 13 ans Tiger Woods apprenait à se contrôler. Le moindre geste de mécontentement, la moindre once de désappointement… et le retour à la maison était imminent. Par cette épreuve à mi-chemin entre le harcèlement et l’entraînement Earl woods a forgé le glorieux destin de son petit chérubin. Résumant à la perfection, en une seule phrase adressée à son fils, la finalité de toutes les leçons de self-control qu’il lui a infligées.

« Je te promets que tu ne rencontreras personne d’aussi fort que toi mentalement de toute ta vie »

 

Sur le green, durant de nombreuses années, Tiger a ainsi su garder son sang-froid, en toutes circonstances. Mais lorsque sa vie a basculé, lorsque la perte de ses nombreux et juteux contrats, la dissolution de son mariage et les moqueries répétées à son sujet se sont amoncelées… l’œil du Tigre,
jadis imperturbable, qui l’avait si longtemps caractérisé, est devenu un regard emplit de doutes et de fébrilité.

Si bien qu’aujourd’hui, Tiger Woods n’est plus le félin qui avalait Masters et adversaires avec un appétit
gargantuesque. C’est lui qui est maintenant dans le viseur des autres golfeurs, le chasseur s’est mué en bête traquée. Il n’est plus craint par ses adversaires. Mais son aura semble prête à ressurgir en même temps que sa situation sentimentale semble prête à se rétablir.


Une stabilité retrouvée à l’origine de son retour vers les sommets

Officiellement en couple avec la non moins reconnue skieuse Lindsey Vonn, depuis mars 2013, Woods semble avoir retrouvé un certain équilibre dans sa vie privée. Si la troublante simultanéité de l’annonce de leur nouvelle idylle et de son retour à la place de numéro 1 mondial ressemble plus à un coup marketing qu’à une relation de cause à effet, on peut tout de même constater que réussite sentimentale et professionnelle semble intimement liées dans la carrière du Tigre.

Mais cette importance du facteur émotionnel n’est pas l’apanage de Woods, ni même des golfeurs.

Jadis symbole du rêve américain, puis des excès de l’être humain, Tiger Woods personnifie
aujourd’hui la complexité du Sport. Ce dernier, qui pour certains ne représente que le culte du corps, ne peut être résumé à une telle banalisation de l’effort. En effet, si le physique d’un sportif est le stylo qui lui permet d’écrire son histoire, l’encre qui nourrit sa plume n’est autre que son mental. Ainsi la résurrection du plus célèbre des golfeurs passera par son accomplissement personnel autant que par son rétablissement et son maniement du putter. Autant de conditions pour qu’un jour le Tigre sorte de sa torpeur, réveillant l’instinct de chasseur qui sommeille en lui, et redevenant ainsi le fameux prédateur qu’il était à ses première heures. 



*L’expression Grand Chelem qui désigne les 4 tournois Majeurs (Masters, US Open, British Open et USPGA) est totalement officieuse et moins courante qu’au tennis.

FARVACQUE Simon

 

http://www.lequipe.fr/Golf/Actualites/Les-blessures-de-woods/379999

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gu%C3%A9rison_sexuelle

http://www.lequipe.fr/explore/golf-l-ennemi-interieur/

http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/tiger_woods_et_steve_williams_caddie_c_est_fini

Publié le 15/04/14